• Le gorille blanc

     

     

    Flocon de neige ou Copito de Nieve était le seul gorille albinos scientifiquement connu. Vedette choyée du zoo de Barcelone, ce gorille blanc est mort en novembre 2003 d’un cancer de la peau.
    Mais était-il si différent des autres gorilles ? Le Docteur Riopelle a effectué une étude approfondie de cet unique albinos pendant de nombreuses années. Ce sont ces expériences que je vous propose de découvrir.

     

     

    Ce gorille blanc a été capturé en 1966 en Guinée équatoriale. Il avait été ramené en Espagne par un scientifique espagnol, Jordi Sabater Pi, qui l'avait découvert captif chez un chasseur de la tribu Fang.

    Il appartenait à la sous-espèce des plaines occidentales (Gorilla gorilla gorilla).

    Adulte, il pesait 181 kilos pour 1,63 mètre. Son alimentation était composée de fruits, de légumes, de lait et de yaourt écrémé.

    Il est mort à 40 ans ce qui est un âge très avancé pour un gorille dont l’espérance de vie ne dépasse guère 25 ans en liberté. 

    Son albinisme est à l’origine du cancer de la peau qui lui a été fatal. Au cours de sa captivité, il a eu trois compagnes avec lesquelles il a eu 21 enfants. Aucun de ses enfants et petits-enfants n'a hérité de son albinisme.

    Apparemment, Flocon de neige était semblable aux autres gorilles, mises à part sa couleur et sa vision diurne légèrement plus faible.
    Ce phénomène a souvent été observé chez les albinos.

    Son comportement était tout à fait celui d’un gorille. Il applaudissait frénétiquement tout comme nous le faisons pour manifester notre joie ou notre exubérance.

    L’étude de ce gorille a permis aux scientifiques d’accroître leurs connaissances des effets de l’albinisme.
    Par exemple, le fait que sa vision diurne ait été plus faible peut lui avoir retiré de l’assurance naturelle dans sa jeunesse.


    Au cours des expériences, il était accompagné de Muni, un gorille noir qui le dominait toujours dans leurs activités.

    Quand Flocon de neige a été mis pour la première fois devant un miroir, il s’est enfui en courant. Ensuite, il a frappé sa propre image comme si il voulait tester la réalité de ce qu’il voyait.

    Son compagnon, Muni, eut un tout autre comportement. Il marcha avec assurance vers le miroir. Il était fasciné par son image mais a compris qu’il ne s’agissait pas d’un gorille réel. Il s’est installé devant et s’est mis, grâce au miroir, à examiner les parties de son corps qu’il ne pouvait voir normalement.

     

     

    Doit-on en conclure que Flocon de neige s’est rendu compte que son image ne correspondait pas à la vision des gorilles qu’il connaissait ?
    C’est un peu comme si un homme à la peau verte, vivant au milieu de congénères à la peau bleue, réalisait subitement sa différence.

    Vidéo de Flocon de neige : cliquez ici

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Octobre 2014 à 18:01

    Bravo pour ton blog, bien fourni et documenté.

    A bientôt.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :