• Le gorille des montagnes


    Le gorille de montagne (Gorilla beringei beringei) mesure entre 1,40 et 2 mètres. Les mâles pèsent entre 140 et 300 kg et les femelles entre 70 et 110 kg. Ils vivent dans la région des Grands Lacs Africains, c’est-à-dire dans l'est de la République démocratique du Congo, en Ouganda et au Rwanda. Quelques parcs nationaux forment un réseau transfrontalier de protection : PN de Mgahinga (Ouganda)PN des Volcans au Rwanda etPN des Virunga en RDC ainsi que dans le PN de la forêt impénétrable de Bwindi (Ouganda). La population du parc de Kahuzi Biega, bien que très proche, appartient à la sous-espèce des gorilles de l'Est (Gorilla beringei graueri).


    Le Gorille des montagnes


    C'est un animal impressionnant mais très sociable et très pacifique. Les gorilles de montagne vivent en famille polygames, et chaque famille est guidée par un "dos argenté". C'est le mâle du groupe, qui est censé protéger toute la famille contre les dangers éventuels. Quand le dos argenté meurt, un autre gorille assez âgé pour supporter cette tâche le remplace ou le groupe se dissout. Si c'est le cas, les femelles vont rejoindre d'autres groupes et d'autres mâles, qui tuent les petits de sa nouvelle femelle pour être sûrs de n'avoir que des porteurs de leurs gènes. Les gorilles des montagnes sont herbivores. Ils ont besoin d'une végétation dense pour se nourrir (jusqu'à 25 kg par jour et par individu).

     Le Gorille des montagnes

     

    Le braconnage et la déforestation sont les principales causes de sa disparition progressive. Les braconniers adorent le gorille pour sa viande, son crâne et ses mains, qui sont censés porter chance et se vendent à prix d'or.

    Les populations des régions où vivent les gorilles abattent les arbres pour construire des habitations, faire du feu ou tout simplement pour vendre du bois. Le gorille se trouve alors privé d'habitat et en proie aux maladies telle que la pneumonie ou la grippe, qui sont mortelles pour lui.



    4 commentaires
  • le gorille des plaines


    Les gorilles des plaines se différencient avec leur pelage roux sur la tête .

    Ils vivent en petits groupes d'une dizaine d'individus au maximum, dirigés par un (parfois deux) mâle dominant. Celui-ci présente un pelage gris sur le dos (un "dos argenté"). 
    Le gorille est le plus grand et le plus corpulent des primates actuels. Sa mauvaise réputation est totalement injustifiée et c'est au contraire un animal plutôt paisible et débonnaire. 
    Ses démonstrations de force, comme le fait de se frapper la poitrine, ne sont faites que pour intimider et se défendre.

    Les gorilles ont adopté (comme les chimpanzés et les bonobos) une locomotion particulière : ils marchent sur leurs phalanges. 

    Il est frugivore mais il se nourrit également de feuilles, baies, écorces et racines.. 


    La population des gorilles, victime du braconnage, est fortement menacée d'extinction. Plusieurs associations travaillent sur le terrain pour tenter de sauvegarder cette espèce, malgré l'agitation politique et les guerres récurrentes.

    Un mâle pour 2 ou 3 femelles 

    Gestation : de 250 à 300 jours

    1 nouveau-né tous les 4 ans 

    En février 2008, des gorilles ont été photographiés dans une position sexuelle inhabituelle : face à face, comme l'homme ou le bonobo.

     

     Le Gorille des plaines

    Il peut être trouvé en Angola, Cameroun, République Centrafricaine, République démocratique du Congo, Gabon et Guinée équatoriale.

    Il vit en forêt tropicale humide de montagne et de plaine et en forêt tropicale marécageuse.



    votre commentaire
  •  

    • Longévité : 45 ans.
    • Poids : 45-80 kg.
    • Hauteur : mâles 170 cm ; femelles 130 cm.

    Ces anthropoïdes d'Afrique équatoriale sont les animaux les plus proches de l'humain physiquement et génétiquement. La répartition géographique du chimpanzé commun s'étend de la Sierra Leone et de la Guinée aux lacs Tanganyika et Victoria. Reconnu tardivement comme espèce à part entière, le bonobo ne se trouve que dans le bassin oriental du fleuve Congo, en République démocratique du Congo.


    Le Chimpanzé


    Les deux espèces présentent des traits physiquesaffectifsmentaux, de même que des comportements relationnels et sociaux, voire moraux et spirituels, particulièrement remarquables pour l'être humain dans leur similitude ou parfois leur différence. Pour cette raison, elles sont des sujets privilégiés d'étude scientifique avec en arrière-plan l'énigme de la nature humaine et son histoire évolutive.

     Tous les primates sont nidicoles : c'est-à-dire que le petit naît à un stade de développement peu avancé, et qu'il dépend entièrement de sa mère pour survivre. Le bébé chimpanzé naît après une gestation de 4 mois. Il ne pèse que 1,7 kg. Il est très vulnérable et incapable de se déplacer seul. S'agripper est le seul réflexe qu'il possède ; aussi sa mère le porte-t-elle sous son ventre, mais, les premiers jours, elle doit le soutenir pendant ses déplacements pour ne pas le perdre. À 1 an, le petit chimpanzé est capable de grimper sur le dos de sa mère, qui le porte sur les épaules. Elle commence à le laisser de temps en temps, mais le récupère à la moindre alerte. Jusqu'à 2 ans, le petit alterne les moments où il est sur le dos de sa mère et ceux où il part seul à l'aventure, de plus en plus longtemps et de plus en plus loin.

    Le chimpanzé et surtout le bonobo sont gravement menacés d'extinction du fait essentiellement de l'activité humaine : destruction de leur habitat, chasse, guerre.





    votre commentaire
  • Le bonobo


     

    Le bonobo, mot découlant de la déformation du nom de la ville de Bolobo (République démocratique du Congo), est une espèce de paninés (genre Pan), membres de la famille des hominidés et de l'ordre des primates. On l'appelle aussi chimpanzé nain . Il se distingue notamment du chimpanzé commun par une face foncée plutôt que claire.

    Les bonobos vivent en groupes qui peuvent compter jusqu'à une centaine d'individus dans les forêts équatoriales de la république démocratique du Congo entre le fleuve Congo et la rivière Kasaï.

    Essentiellement végétarien, le bonobo se nourrit de fruits mûrs, de plantes ; il consomme aussi, tout comme le chimpanzé, des petits mammifères (écureuil). Certaines observations rapportent également la consommation d'autres primates, en particulier le mangabey noir.

     

    Le Bonobo

     

    Chez le bonobo, mâles et femelles sont proches les uns des autres. Le chimpanzé commun manifeste peu d’égard pour ses compagnes. Il en va tout autrement pour le bonobo. En effet, ce dernier poursuit son activité sexuelle toute l’année, même lorsque la femelle n’est pas réceptive.

     
    De plus, à la différence de son cousin, les bonobos peuvent s’accoupler face à face.

    Il n’est pas rare qu’ils s’embrassent. Les femelles, couchées sur le dos, peuvent enlacer leur partenaire d’un seul ou des deux bras. 

    Ce chimpanzé possède un poil plus long que le chimpanzé commun. Le poil noir recouvre les joues.
    Le poids varie de 27 à 61 kg pour une taille de 104 à 124 cm.

    Le visage, les mains et les pieds sont de couleur sombre, y compris chez les juvéniles.

     



    3 commentaires
  • L'Orang-outan

     

    Les Orang-outans (Pongo) forment un genre de singes anthropoïdes de la famille des Hominidés. Ils sont répandus en Insulinde, plus précisément dans les îles de Bornéo et Sumatra.

    Les orang-outans intéressent beaucoup les généticiens et les biologistes qui étudient l'évolution humaine car ils appartiennent à la super-famille des primates hominoïdes mais possèdent une diversité génétique plus riche que les autres grands singes, n'ayant pas subi de réduction de variation génétique (du moins jusqu'à aujourd'hui), contrairement aux espèces d'origine africaine.

    Le nom « orang-outan » vient de l'Indonésien « orang-outang », qui signifie littéralement « homme de la forêt ». En malais on l'écrit orang hutan.

    Bien que les orang-outans soient généralement passifs, les agressions entre individus sont courantes ce sont des animaux solitaires qui peuvent être férocement territoriaux. Les mâles non mûrs essayent de s'accoupler avec n'importe quelle femelle et peuvent réaliser de force des copulations avec des femelles immatures, pas encore assez fortes pour parer ces avances. Au contraire, les femelles adultes détournent facilement les jeunes prétendants, préférant s'accoupler avec les mâles mûrs.

    L'Orang-outan


    Les orang-outans sauvages sont connus pour leurs visites des installations humaines de recueil des jeunes orang-outans abandonnés, communiquant avec eux et peut-être aidant ainsi leur retour à la vie sauvage.




    4 commentaires
  • Photos

     

    Photos


    1 commentaire
  •  

     

    Flocon de neige ou Copito de Nieve était le seul gorille albinos scientifiquement connu. Vedette choyée du zoo de Barcelone, ce gorille blanc est mort en novembre 2003 d’un cancer de la peau.
    Mais était-il si différent des autres gorilles ? Le Docteur Riopelle a effectué une étude approfondie de cet unique albinos pendant de nombreuses années. Ce sont ces expériences que je vous propose de découvrir.

     

     

    Ce gorille blanc a été capturé en 1966 en Guinée équatoriale. Il avait été ramené en Espagne par un scientifique espagnol, Jordi Sabater Pi, qui l'avait découvert captif chez un chasseur de la tribu Fang.

    Il appartenait à la sous-espèce des plaines occidentales (Gorilla gorilla gorilla).

    Adulte, il pesait 181 kilos pour 1,63 mètre. Son alimentation était composée de fruits, de légumes, de lait et de yaourt écrémé.

    Il est mort à 40 ans ce qui est un âge très avancé pour un gorille dont l’espérance de vie ne dépasse guère 25 ans en liberté. 

    Son albinisme est à l’origine du cancer de la peau qui lui a été fatal. Au cours de sa captivité, il a eu trois compagnes avec lesquelles il a eu 21 enfants. Aucun de ses enfants et petits-enfants n'a hérité de son albinisme.

    Apparemment, Flocon de neige était semblable aux autres gorilles, mises à part sa couleur et sa vision diurne légèrement plus faible.
    Ce phénomène a souvent été observé chez les albinos.

    Son comportement était tout à fait celui d’un gorille. Il applaudissait frénétiquement tout comme nous le faisons pour manifester notre joie ou notre exubérance.

    L’étude de ce gorille a permis aux scientifiques d’accroître leurs connaissances des effets de l’albinisme.
    Par exemple, le fait que sa vision diurne ait été plus faible peut lui avoir retiré de l’assurance naturelle dans sa jeunesse.


    Au cours des expériences, il était accompagné de Muni, un gorille noir qui le dominait toujours dans leurs activités.

    Quand Flocon de neige a été mis pour la première fois devant un miroir, il s’est enfui en courant. Ensuite, il a frappé sa propre image comme si il voulait tester la réalité de ce qu’il voyait.

    Son compagnon, Muni, eut un tout autre comportement. Il marcha avec assurance vers le miroir. Il était fasciné par son image mais a compris qu’il ne s’agissait pas d’un gorille réel. Il s’est installé devant et s’est mis, grâce au miroir, à examiner les parties de son corps qu’il ne pouvait voir normalement.

     

     

    Doit-on en conclure que Flocon de neige s’est rendu compte que son image ne correspondait pas à la vision des gorilles qu’il connaissait ?
    C’est un peu comme si un homme à la peau verte, vivant au milieu de congénères à la peau bleue, réalisait subitement sa différence.

    Vidéo de Flocon de neige : cliquez ici

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique