• Le gorille des montagnes


    Le gorille de montagne (Gorilla beringei beringei) mesure entre 1,40 et 2 mètres. Les mâles pèsent entre 140 et 300 kg et les femelles entre 70 et 110 kg. Ils vivent dans la région des Grands Lacs Africains, c’est-à-dire dans l'est de la République démocratique du Congo, en Ouganda et au Rwanda. Quelques parcs nationaux forment un réseau transfrontalier de protection : PN de Mgahinga (Ouganda)PN des Volcans au Rwanda etPN des Virunga en RDC ainsi que dans le PN de la forêt impénétrable de Bwindi (Ouganda). La population du parc de Kahuzi Biega, bien que très proche, appartient à la sous-espèce des gorilles de l'Est (Gorilla beringei graueri).


    Le Gorille des montagnes


    C'est un animal impressionnant mais très sociable et très pacifique. Les gorilles de montagne vivent en famille polygames, et chaque famille est guidée par un "dos argenté". C'est le mâle du groupe, qui est censé protéger toute la famille contre les dangers éventuels. Quand le dos argenté meurt, un autre gorille assez âgé pour supporter cette tâche le remplace ou le groupe se dissout. Si c'est le cas, les femelles vont rejoindre d'autres groupes et d'autres mâles, qui tuent les petits de sa nouvelle femelle pour être sûrs de n'avoir que des porteurs de leurs gènes. Les gorilles des montagnes sont herbivores. Ils ont besoin d'une végétation dense pour se nourrir (jusqu'à 25 kg par jour et par individu).

     Le Gorille des montagnes

     

    Le braconnage et la déforestation sont les principales causes de sa disparition progressive. Les braconniers adorent le gorille pour sa viande, son crâne et ses mains, qui sont censés porter chance et se vendent à prix d'or.

    Les populations des régions où vivent les gorilles abattent les arbres pour construire des habitations, faire du feu ou tout simplement pour vendre du bois. Le gorille se trouve alors privé d'habitat et en proie aux maladies telle que la pneumonie ou la grippe, qui sont mortelles pour lui.



    4 commentaires
  • le gorille des plaines


    Les gorilles des plaines se différencient avec leur pelage roux sur la tête .

    Ils vivent en petits groupes d'une dizaine d'individus au maximum, dirigés par un (parfois deux) mâle dominant. Celui-ci présente un pelage gris sur le dos (un "dos argenté"). 
    Le gorille est le plus grand et le plus corpulent des primates actuels. Sa mauvaise réputation est totalement injustifiée et c'est au contraire un animal plutôt paisible et débonnaire. 
    Ses démonstrations de force, comme le fait de se frapper la poitrine, ne sont faites que pour intimider et se défendre.

    Les gorilles ont adopté (comme les chimpanzés et les bonobos) une locomotion particulière : ils marchent sur leurs phalanges. 

    Il est frugivore mais il se nourrit également de feuilles, baies, écorces et racines.. 


    La population des gorilles, victime du braconnage, est fortement menacée d'extinction. Plusieurs associations travaillent sur le terrain pour tenter de sauvegarder cette espèce, malgré l'agitation politique et les guerres récurrentes.

    Un mâle pour 2 ou 3 femelles 

    Gestation : de 250 à 300 jours

    1 nouveau-né tous les 4 ans 

    En février 2008, des gorilles ont été photographiés dans une position sexuelle inhabituelle : face à face, comme l'homme ou le bonobo.

     

     Le Gorille des plaines

    Il peut être trouvé en Angola, Cameroun, République Centrafricaine, République démocratique du Congo, Gabon et Guinée équatoriale.

    Il vit en forêt tropicale humide de montagne et de plaine et en forêt tropicale marécageuse.



    votre commentaire
  •  

    • Longévité : 45 ans.
    • Poids : 45-80 kg.
    • Hauteur : mâles 170 cm ; femelles 130 cm.

    Ces anthropoïdes d'Afrique équatoriale sont les animaux les plus proches de l'humain physiquement et génétiquement. La répartition géographique du chimpanzé commun s'étend de la Sierra Leone et de la Guinée aux lacs Tanganyika et Victoria. Reconnu tardivement comme espèce à part entière, le bonobo ne se trouve que dans le bassin oriental du fleuve Congo, en République démocratique du Congo.


    Le Chimpanzé


    Les deux espèces présentent des traits physiquesaffectifsmentaux, de même que des comportements relationnels et sociaux, voire moraux et spirituels, particulièrement remarquables pour l'être humain dans leur similitude ou parfois leur différence. Pour cette raison, elles sont des sujets privilégiés d'étude scientifique avec en arrière-plan l'énigme de la nature humaine et son histoire évolutive.

     Tous les primates sont nidicoles : c'est-à-dire que le petit naît à un stade de développement peu avancé, et qu'il dépend entièrement de sa mère pour survivre. Le bébé chimpanzé naît après une gestation de 4 mois. Il ne pèse que 1,7 kg. Il est très vulnérable et incapable de se déplacer seul. S'agripper est le seul réflexe qu'il possède ; aussi sa mère le porte-t-elle sous son ventre, mais, les premiers jours, elle doit le soutenir pendant ses déplacements pour ne pas le perdre. À 1 an, le petit chimpanzé est capable de grimper sur le dos de sa mère, qui le porte sur les épaules. Elle commence à le laisser de temps en temps, mais le récupère à la moindre alerte. Jusqu'à 2 ans, le petit alterne les moments où il est sur le dos de sa mère et ceux où il part seul à l'aventure, de plus en plus longtemps et de plus en plus loin.

    Le chimpanzé et surtout le bonobo sont gravement menacés d'extinction du fait essentiellement de l'activité humaine : destruction de leur habitat, chasse, guerre.





    votre commentaire
  •  

    Les primates disparaissent de la surface du globe principalement du fait de leur concurrence avec l'homme et de ses activités expansionnistes. Pour s'accaparer toutes les ressources possibles l'homme n'hésite pas à détruire la faune et la flore, sans s'intéresser aux conséquences de ses actes. 

     

     

    Les différents grands singes

     

    Comme le grand singe, nous appartenons à la famille des Hominidés.

    Les différents grands singes

    Les grands singes se regroupent en 5 espèces : 

     

           - Les Chimpanzés

           - Les Bonobos

           - Les Gorilles

           - Les Orang-outan

           - Le Gibbon
     

     

    Ils n'ont pas de queue, peuvent etre bipèdes et ont des capacités intellectuelles élévées. 

    Les grands singes nous démontrent des capacités ou notions que l'on croyait consacrées à l'homme, ainsi on parle de culture, d'apprentissage, de fabrication et même d'utilisation d'outils !! 

     

    Les différents grands singes

    Les différents grands singes 

     

     

     

     

     

     

     

     

      Les différents grands singes

     

     

     


    1 commentaire
  • Le bonobo


     

    Le bonobo, mot découlant de la déformation du nom de la ville de Bolobo (République démocratique du Congo), est une espèce de paninés (genre Pan), membres de la famille des hominidés et de l'ordre des primates. On l'appelle aussi chimpanzé nain . Il se distingue notamment du chimpanzé commun par une face foncée plutôt que claire.

    Les bonobos vivent en groupes qui peuvent compter jusqu'à une centaine d'individus dans les forêts équatoriales de la république démocratique du Congo entre le fleuve Congo et la rivière Kasaï.

    Essentiellement végétarien, le bonobo se nourrit de fruits mûrs, de plantes ; il consomme aussi, tout comme le chimpanzé, des petits mammifères (écureuil). Certaines observations rapportent également la consommation d'autres primates, en particulier le mangabey noir.

     

    Le Bonobo

     

    Chez le bonobo, mâles et femelles sont proches les uns des autres. Le chimpanzé commun manifeste peu d’égard pour ses compagnes. Il en va tout autrement pour le bonobo. En effet, ce dernier poursuit son activité sexuelle toute l’année, même lorsque la femelle n’est pas réceptive.

     
    De plus, à la différence de son cousin, les bonobos peuvent s’accoupler face à face.

    Il n’est pas rare qu’ils s’embrassent. Les femelles, couchées sur le dos, peuvent enlacer leur partenaire d’un seul ou des deux bras. 

    Ce chimpanzé possède un poil plus long que le chimpanzé commun. Le poil noir recouvre les joues.
    Le poids varie de 27 à 61 kg pour une taille de 104 à 124 cm.

    Le visage, les mains et les pieds sont de couleur sombre, y compris chez les juvéniles.

     



    3 commentaires
  • L'Orang-outan

     

    Les Orang-outans (Pongo) forment un genre de singes anthropoïdes de la famille des Hominidés. Ils sont répandus en Insulinde, plus précisément dans les îles de Bornéo et Sumatra.

    Les orang-outans intéressent beaucoup les généticiens et les biologistes qui étudient l'évolution humaine car ils appartiennent à la super-famille des primates hominoïdes mais possèdent une diversité génétique plus riche que les autres grands singes, n'ayant pas subi de réduction de variation génétique (du moins jusqu'à aujourd'hui), contrairement aux espèces d'origine africaine.

    Le nom « orang-outan » vient de l'Indonésien « orang-outang », qui signifie littéralement « homme de la forêt ». En malais on l'écrit orang hutan.

    Bien que les orang-outans soient généralement passifs, les agressions entre individus sont courantes ce sont des animaux solitaires qui peuvent être férocement territoriaux. Les mâles non mûrs essayent de s'accoupler avec n'importe quelle femelle et peuvent réaliser de force des copulations avec des femelles immatures, pas encore assez fortes pour parer ces avances. Au contraire, les femelles adultes détournent facilement les jeunes prétendants, préférant s'accoupler avec les mâles mûrs.

    L'Orang-outan


    Les orang-outans sauvages sont connus pour leurs visites des installations humaines de recueil des jeunes orang-outans abandonnés, communiquant avec eux et peut-être aidant ainsi leur retour à la vie sauvage.




    4 commentaires
  • La nursery

     

    1. Le bébé gorille

    Une femelle ne met au monde son premier petit qu'à l'âge de dix ans et ne procrée envron tous les 4 ans. Le tauux de mortalité des jeunes atteint 40%. Après une gestation de 260 à 300 jours, un unique petit vient au monde. Dans le cas de jumeaux, l'un ou les deux mourront car leur mère ne peut s'occuper de deux petits à la fois.

    A sa naissance, le nouveau né est recouvert d'un petit duvet. Sa peau est rose et il pèse environ 2 kg. Il est très vulnérable et dépend entièrement de sa mère.

    Les liens qui unissent la mère et son petit sont très forts. En cas de décès du petit, la mère refuse d'abandonner le corps et durant des jours elle le traîne avec elle. Pendant une longue période, elle est dépressive comme pourrait l'être une femme qui perd son enfant.

    Ce sont ces détails qui montrent à quel point les gorilles nous ressemblent.

    Le sevrage intervient entre 2 ans 1/2 et 3 ans. A partir de là, la mère le chasse du nid qu'il partageait avec elle chaque soir. Sa vie d'adulte commence.

     

    La nursery

     

    2. Le bébé bonobo

    Après une gestation moyenne de 240 jours, la femelle met au monde un petit d'environ 1.3 kg.

    Le petit dès sa naissance, présente une face noire contrairement au chimpanzé qui lui, a la face claire.

    Le sevrage se fera vers ses 4 ans.

    La reproduction des bonobos est faible à raison d'un petit tous les 5 ans environ.

    La maturité sexuelle intervient chez la femelle et chez le mâle entre 13 et 15 ans. Le petit devient indépendant entre 7 et 9 ans.

    Ce sont les femelles qui s'occupent des petits. Les mâles interviennent peu dans l'éducation des jeunes mais sont là pour protéger le clan.

    Les mâles restent dans leur clan familial tandis que les femelles rejoignent un autre groupe dès qu'elles ont atteint leur maturité sexuelle. Cela évite toute consanguinité.

    Leur longévité est de 40 à 50 ans.

    La nursery

     

    3. Le bébé chimpanzé

    La gestation dure en moyenne 230 jours. La femelle met au monde un petit pesant entre 1.8 et 2 kg. Les jumeaux sont exceptionnels et dans ce cas, l'un des deux meurt généralement au bout de quelques jours.

    Le chimpanzé naît avec une face claire qui foncera au fil des années.

    Comme chez les humains, le nouveau-né est entièrement démuni et sa mère doit pourvoir à l'ensemble de ses besoins. Commence alors la longue période de l'allaitement.

    Il parvient vers quatre mois, à se tenir à califourchon sur son dos.

    A deux ans, le chimpanzé joue bruyamment en compagnie de ses congénères. Il sait trouver sa nourriture dans la nature.

    Les jeunes ne quittent véritablement la protection maternelle qu'à la puberté vers 9 ans.

     

    La nursery

     

    4. Le bébé orang-outan 

    Après 9 mois de gestation, un seul petit naît. La mère s'occupe seul du petit qui pèse environ 1.5 kg. La mère lui procure lait et soins attentifs, quand elle doit se déplacer, elle le porte d'une main.

    La relation entre eux est d'une rare intensité. Il restera agrippé au flanc de sa mère jusqu'à 1 an.

    Le sevrage intervient vers 3 ou 4 mois. Il quitte sa mère vers 1 an 1/2. Jusqu'à 7 ou 8 ans, le jeune reste sur le même territoire que sa mère, lui rendant régulièrement visite. Il vit au sein d'un groupe d'adolescents dans lequel règne la joie de vivre: jeux, chamaillerie, découverte etc...

    A 10 ans, la période de sociabilité cesse. La femelle devient mère. Le mâle voit les attributs de sa virilité apparaitre mais ne pourra féconder qu'à la stérilité du mâle dominant.

    Le taux de reproduction est assez faible ce qui explique la dramatique baisse des populations décimées par le braconnage et la destruction de leur habitat.

     

    La nursery

     

     5. Le bébé gibbon

     Le gibbon n’a qu’un seul petit par portée et ne se reproduit que tous les 2 ou 3 ans seulement. La gestation dure, en moyenne, 220 jours. Les petits naissent totalement dépendants de leur mères, incapables de subvenir à leur besoins. Dès sa naissance, le bébé gibbon s’agrippe au pelage de sa mère et se cramponne en s 'aidant de ses pieds avec laquelle il restera pendant les deux mois suivants.

    L’apprentissage des jeunes se fait en grande partie par l’imitation des adultes. Pour le bébé, il est très important de se cramponner à la fourrure du ventre de sa mère, car celle-ci ne doit pas être gênée dans ses mouvements, ni dans ses déplacements.
    Dès l’âge de un an, le petit gibbon participe à la vie sociale de sa famille.

    C’est alors son père qui prend la relève de son éducation. Il lui apprend surtout à se déplacer seul dans les cimes des arbres par brachiation pour qu’il devienne rapidement autonome.
    À deux ans, il est indépendant et à partir d’environ sept ans (au moment de sa maturité sexuelle), il est en mesure de quitter son milieu familial pour aller à son tour former une famille, avec une partenaire à qui il restera fidèle toute sa vie. Il créera habituellement son territoire proche de celui de ses parents.

     

    La nursery

     

     


    votre commentaire
  •      Patrimoine mondial de l' UNESCO et s''étendant sur 790 000 ha, le parc des Virunga présente une diversité d'habitats incomparable, allant des marécages et des steppes jusqu'aux neiges éternelles du Rwenzori, à plus de 5 000 m d'altitude, en passant par les plaines de lave et les savanes sur les pentes des volcans. Quelque 20 000 hippopotames fréquentent ses rivières, le gorille de montagne y trouve refuge, et des oiseaux en provenance de Sibérie viennent y passer l'hiver.

     

    Parc national des Virunga

     

          Le Parc National des Virunga se distingue par sa chaîne de volcans actifs et la richesse de sa diversité d’habitats qui surpasse celle de tout autre Parc africain, avec sa gamme de steppes, savanes et plaines de lave, marécages, basses terres et ceintures forestières afromontagnardes jusqu’à sa végétation afro-alpine unique et aux champs de glace des monts Rwenzori dont les pics culminent à plus de 5 000 m. Le site inclut les massifs spectaculaires des Rwenzori et des Virunga qui abritent les deux volcans les plus actifs d’Afrique. La grande diversité des habitats a donné lieu à une biodiversité exceptionnelle, notamment des espèces endémiques et des espèces rares et mondialement menacées comme le gorille de montagne.

     

    Parc national des Virunga

     

    Le bien est au bénéfice d’un statut de Parc national depuis 1925. Son autorité de gestion est l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), organisme qui a perdu de nombreux agents morts en service. Le parc se heurte à des problèmes de gestion.

    Pour assurer la pérennité du bien, le parc doit être géré sur des bases scientifiques et disposer d’un plan de gestion qui faciliterait, entre autre, une meilleure délimitation des différentes zones. Une surveillance renforcée assurerait l’intégrité des limites du parc. Elle réduirait le braconnage, la déforestation, et la pression sur les ressources piscicoles (qui risquent de s’accroître), activités notamment de groupes armés isolés.  A cet effet, le renforcement des effectifs et de l’équipement disponibles ainsi que de la formation du personnel du parc sont primordiaux.

    L’amélioration et le renforcement des infrastructures administratives et de surveillance contribueraient à réduire la pression sur les espèces rares et menacées comme les gorilles de montagne, les éléphants, les hippopotames et les chimpanzés. Vu la croissance démographique humaine importante, l’établissement de zones tampons dans tous les secteurs s’avère indispensable et urgent. Une autre priorité est celle d'établir un Fonds fiduciaire qui permettrait de garantir des ressources suffisantes pour la protection et la gestion de la propriété à long terme.

    La promotion d’un tourisme localisé et contrôlé pourrait accroître les recettes et contribuer à un financement régulier pour le maintien du bien.

    Parc national des Virunga

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Gorilles


     

      

    Ce livre a été écrit par Fabrice MARTINEZ, Président fondateur de l'association GORILLA, qu'il créa le lendemain de l'assassinat de Dian Fossey en 1985. 

    http://www.amazon.fr/Au-secours-gorilles-Karisoke-Conkouati/dp/2878677560/ref=pd_sim_b_1

     


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Bons baisers des Bonobos

     

      

       

    Présentation de l'éditeur :

    Imaginez un de vos cousins qui, en guise de bonjour, tend le sexe à la place de la main, organise des parties fines avec les voisins et laisse aux femmes la gestion des affaires du monde. Ce cousin n'est pas tout seul, il y en a toute une tribu : celle des bonobos, les primates les plus menacés et les plus affectueux qui soient. Une espèce aussi proche du chimpanzé par les gènes qu'éloignée de lui par les moeurs, et qui partage 98,7% de notre ADN.

    http://www.amazon.fr/Bons-baisers-bonobos-aventures-primatologue/dp/2081257548/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1350905258&sr=1-1


    votre commentaire

  • Ma vie avec les chimpanzés


     

    Description : 

    Depuis l'enfance, Jane Goodall ne désire qu'une chose : passer sa vie à observer et à décrire le comportement des animaux. Mais comment faire ? Comment en vivre ?
    Le bac en poche, elle entre dans une école de secrétariat. Sa mère lui assure qu'une bonne secrétaire peut toujours trouver du travail, et partout dans le monde. Jane enchaîne les petits boulots à Londres. Certains sont amusants. Mais la jeune fille les considère comme une étape. Elle guette sa chance.
    La chance se présentera une première fois un mercredi matin sous la forme d'une lettre d'une ancienne camarade de classe l'invitant à passer des vacances au Kenya. Jane doit travailler et faire des économies pour s'offrir le billet. Ses efforts et son obstination paieront. Sur place, un anthropologue et paléontologue a besoin d'une secrétaire. En vérité, il est très impressionné par les vastes connaissances de la jeune fille sur la faune et la flore africaines.
    C'est ainsi que commence l'histoire de Jane Goodall, celle d'une femme qui s'est donné les moyens d'une vie passionnante. Elle raconte dans ce livre son parcours depuis Bournemouth jusqu'à la forêt de Gombe et sa rencontre avec les chimpanzés.

    http://www.amazon.fr/vie-avec-chimpanz%C3%A9s-Jane-Goodall/dp/2211077161/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1350905628&sr=1-2


    votre commentaire
  • Une tendresse sauvage



    Présentation de l'auteur :

    Claudine André est née en Belgique mais a grandi au Congo. Fondatrice de Lola ya Bonobo, elle traite aujourd'hui avec toutes les ONG internationales, défendant la biodiversité et intervenant dans le monde entier dans des conférences sur le sort des grands singes d'Afrique.

    http://www.amazon.fr/Une-tendresse-sauvage-Claudine-Andr%C3%A9/dp/2702135943/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1350905927&sr=8-1


    votre commentaire
  •     Grands singes

       

        Présentation de l'éditeur :

    Les grands singes ont fasciné l'homme tout au long de l'histoire. Tour à tour adorés ou révérés en fonction des croyances, des religions, des cultures, les grands singes se sont toujours retrouvés dans une position ambiguë, à mi-chemin entre les animaux et les hommes, entre nature et culture, entre bestialité et humanité. Aujourd'hui, après un demi-siècle de recherches et d'observation des chimpanzés, gorilles, orangs-outans et bonobos sur le terrain initiées par Jane Goodall et Toshisada Nishida, l'image que nous avons d'eux a bien changé. Fabrication et utilisation d'outils, cultures, guerres et réconciliations ou reconnaissance de soi, une à une toutes les barrières autrefois érigées entre eux et nous tombent, inexorablement. Désormais, les grands singes ont bel et bien rejoint notre grand album de famille.

    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Diplômée de l'université d'État de San Jose en 1954, elle commence à envisager son œuvre future dès 1957. Il lui faut toutefois attendre 1963 pour son premier séjour au Rwanda. Ses séjours aux États-Unis se raréfient à mesure qu'elle assouvit sa vocation scientifique. En 1967, elle crée le Karisoke Research Center, dans les montagnes Virunga, dans la province de Ruhengeri au Rwanda.

    En 1974, elle obtient un doctorat en zoologie de l'Université de Cambridge.

    Il est indéniable que son travail a permis la préservation de l’espèce dans cette région. Dian Fossey raconte son expérience d'observations des groupes de gorilles dans un livre de mémoires, Gorilles dans la brume (Gorillas in the Mist), qui fait en 1988 l'objet d'une adaptation cinématographique (Gorilles dans la brume), tourné dans le parc national des VolcansSigourney Weaver y interprète son rôle. Le film connut un grand succès et sensiblisa l'opinion au sort des derniers gorilles des montagnes.

    Son décès intervient alors que de grands projets d’exploitations touristiques font miroiter de substantiels revenus.

     

    Dian Fossey est découverte assassinée dans la chambre de sa hutte dans les montagnes des Virunga, au Rwanda, le 27 décembre 1985. Son crâne a été fendu en deux par six coups d'une machette qu'elle avait placée chez elle comme objet de décoration. Des traces de lutte étaient visibles dans la hutte. Son pistolet est retrouvé sous elle, inutilisé car les munitions ne s'adaptaient pas à son arme.

    Aucun objet appartenant à Fossey n'est dérobé (des milliers de dollars en travelers' checks, tout son équipement photo).

    Elle est enterrée dans le cimetière qu'elle avait fait construire pour les gorilles à Karisoke, selon ses propres souhaits. Elle avait en effet déclaré à un journaliste un mois avant son assassinat : "Je veux être enterrée ici, dans le cimetière où reposent mes gorilles".

    Son travail de recherche a été repris après sa mort par la biologiste Katie Fawcett, dont l'équipe compte aujourd'hui (2011) 120 personnes.

    Sources Wikipédia.

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Dans certains pays tels que l'Indonésie, le Mexique, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Congo ou le Brésil, les forêts tropicales naturelles se réduisent d'année en année. Le rythme annuel de déforestation en forêt tropicale est depuis 1990 de 1'ordre de 10 à 15 millions d'hectares. Le développement durable prôné au Sommet de la Terre à Rio (1992) vise notamment à diminuer ce phénomène.

            Déforestation !!

     

    Les causes de la déforestation   

    L'expansion agricole est la principale cause de déboisement dans le monde : les plantations de palmiers à huile, le développement des cultures pour l'élevage industriel, l'exploitation minière de métaux et de minéraux précieux constituent des causes majeures de déboisement.
    Beaucoup de petits agriculteurs pauvres et itinérants, participent aussi à la déforestation : ils défrichent et brûlent la forêt pour ensemencer de petites parcelles de terres.

    Ainsi, au Brésil, les forêts primaires sont détruites pour cultiver le soja qui alimente notre bétail et la canne à sucre pour produire du bioéthanol, tandis qu'en Indonésie, elles sont rasées pour l'huile de palme qui inonde déjà les produits de nos supermarchés et pourrait bientôt alimenter nos voitures.

    Enfin, l'extraction du pétrole et du gaz y joue aussi un rôle puisque de vastes étendues de forêt sont régulièrement endommagées par les forages et la pose de pipelines, sans parler des fuites régulières de pétrole ou l'exploitation des sables bitumineux...

    L'exploitation illégale du bois joue également un rôle important dans la déforestation. Et l'Europe a une forte responsabilité dans cette dégradation puisque près d'un quart de ses importations de bois sont présumées d'origine illégale. La France quant à elle importerait 39 % de bois tropicaux d'origine illégale selon le WWF.

     

    Déforestation !!

     (Plantations d'huile de palme)

     

    Les effets de la déforestation       

    L'impact de la déforestation le plus immédiat se passe au niveau local avec la perte des services écologiques offerts par les forêts tropicales humides et les écosystèmes s'y rattachant. De tels habitats offrent d'importants services aux humains tels que la prévention de l'érosion, le contrôle des inondations, le traitement de l'eau, la protection des pêcheries, et la pollinisation. Des fonctions qui sont particulièrement importantes pour les gens les plus pauvres au monde, qui se reposent sur les ressources naturelles pour leur survie quotidienne. La perte de forêt réduit également la disponibilité des ressources renouvellables telles que le bois, les plantes médicinales, les noixs et fruits, et le gibier. 

    A long terme, la déforestation des Forêts tropicales humides peut avoir un impact plus étendu, ayant un effet sur le climat et les biodiversités globaux. Ces changements sont plus difficiles à observer et anticiper que les effets locaux, car ils se déroulent sur une période plus longue et peuvent être difficile à mesurer.

     

    Déforestation !!

     (Orangs-outan chassés de leur habitat)

     

    S'il est nécessaire d'être vigilant, force est de reconnaître que les mesures de gestion durable des forêts, de plus en plus prises en Afrique et en Amérique du sud, devraient être en mesure d'enrayer ce phénomène. 

     

    Déforestation !!

     

    Explications en vidéo 

     

     


     Déforestation !!
    Déforestation !!



      

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires