• La libido du bonobo

       Frans de Waal, «l'Européen qui a réussi aux Etats-Unis», aujourd'hui chercheur à Atlanta, s'avoue très troublé par les bonobos «un animal si proche de nous que la frontière s'estompe sérieusement», «s'ils avaient été connus plus tôt, les scénarios de l'évolution humaine auraient pu mettre l'accent sur les relations sexuelles, l'égalité entre mâles et femelles, l'origine de la famille» plutôt que sur la guerre, la chasse, l'emploi d'outils, apanages du chimpanzé en fonction desquels on a reconstitué une bonne part du comportement humain ancestral. Les bonobos forment une société exceptionnelle, qui semble régie selon Frans de Waal par «faites l'amour et pas la guerre».

     

     

       Dans cette société, les femelles jouent un rôle décisif, nouent des relations très fortes. Elles contrôlent les ressources alimentaires, dominent les mâles et ne se font guère concurrence excepté pour l'avenir de leurs enfants. Les liens fondamentaux se tissent avec le toilettage et le contact sexuel. Et pas n'importe quel contact. Les bonobos copulent face à face, position que l'on pensait réservée aux humains civilisés, plus, ils ne baisent pas uniquement pour la reproduction mais aussi pour le plaisir, pour apaiser les conflits, pour prendre contact... Et font preuve dans ce domaine de beaucoup d'imagination. Les femelles ont une manière bien précise de se faire des papouilles: «elles se frottent mutuellement le clitoris à raison d'une moyenne de 2,2 mouvements latéraux par seconde, soit au même rythme que les coups de rein du mâle. Ce comportement est appelé friction.

        Tous les spécialistes de bonobos l'ont observé, il est propre à cette espèce..» Autre pratique, le baiser sur la bouche: «le ou la partenaire place la sienne, grande ouverte, au-dessus de celle de l'autre, souvent avec de longs contacts langue à langue. Bien que typiques du bonobo, de tels baisers langués sont totalement inconnus des chimpanzés qui s'embrassent de manière assez platonique. Un nouveau gardien accepta une fois le baiser d'un bonobo mâle. Il fut stupéfait de sentir une langue se glisser entre ses dents!»

     

     

        La copulation face à face n'est pas réservée aux hommes. Etendue sur le dos la femelle invite le mâle. Son anatomie génitale est adaptée à cette position. Les bonobos ont une vie sexuelle et érotique intense, ils adoptent toutes les positions, pratiquent la fellation, la masturbation, le baiser sur la bouche avec la langue. La reproduction n'est qu'une fonction du sexe parmi d'autres. Les bonobos y recourent pour apaiser des conflits, en signe d'affection.

        Frans de Waal a néanmoins essayé de trouver quelques défauts à ses bonobos qui ne sont pas «de nobles sauvages enfin redécouverts». La violence existe aussi dans cette société «égalitaire et tolérante», en témoignent les fréquentes mutilations physiques dont ils sont victimes. Mais pour le chercheur, le bonobo reste avec le chimpanzé une pièce essentielle du puzzle de l'évolution humaine.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :