• Présentation de l'éditeur

    Imaginez-vous au coeur d une forêt tropicale. À moins de dix mètres, des chimpanzés sauvages. Leur regard croise le vôtre. Vous entendez leurs rires, leurs parties de jeu endiablées. Vous les voyez utiliser des outils, prendre soin de leurs petits. Voilà ce que vivent depuis plus de quinze ans Sabrina Krief (vétérinaire et primatologue) et Jean-Michel Krief (photographe). Ce beau livre est l occasion unique de partager avec eux ces instants exceptionnels auprès de ces singes si proches de nous.
    Transporté en Afrique, le lecteur évolue au quotidien auprès de Sabrina et Jean-Michel, porté par un récit vivant et de magnifiques photos. Il s émerveille quand Sabrina découvre que les chimpanzés sauvages utilisent les plantes sauvages pour se soigner. Il admire les prouesses réalisées par Jean-Michel pour saisir sur le vif de fugaces « tranches de vie de chimpanzés ». Il partage la détermination de Sabrina et Jean-Michel à oeuvrer pour qu Hommes et grands singes puissent cohabiter durablement en paix.
    Le livre est co-édité avec le Muséum national d'Histoire naturelle. cool

    http://www.amazon.fr/chimpanz%C3%A9s-Monts-Lune-Jean-Michel-Krief/dp/2701183081

     


    votre commentaire
  • Parc National de Gunung Leuser à Sumatra

     

     

    Le parc national de Gunung Leuser est situé dans le nord de l'île indonésienne de Sumatra, à cheval sur les provinces d'Aceh et Sumatra du Nord. Il est nommé d'après le mont Leuser, qui culmine à 3 381 mètres.

     

    Parc National de Gunung Leuser à SumatraLe mont Leuser

     

    Le parc a une superficie de 9 500 km2. Il contient notamment le sanctuaire pour orang-outan de Bukit Lawang.

     

    Parc National de Gunung Leuser à Sumatra

     

    Avec les parcs nationaux de Bukit Barisan Selatan et Kerinci Seblat, Gunung Leuser forme un "Patrimoine des forêts tropicales ombrophiles de Sumatra" inscrit à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

     

    Parc National de Gunung Leuser à Sumatra

                

    Le parc national de Gunung Leuser est l'un des deux endroits ou on trouve encore des orang-outan. En 1971, Herman Rijksen a construit la station de recherche Ketambe, spécialisée dans la recherche sur les orang-outan.cool (source Wikipédia)

     

    Parc National de Gunung Leuser à Sumatra

     Station de recherche Ketembe

     


    votre commentaire
  •  

    Peu de destinations sont synonymes d'aventure comme l'est du territoire sauvage de Sumatra. Les habitants vivent au rythme d'une nature extrême : volcans bouillonnants, jungle abritant des orang-outans et toutes sortes de singes qui s'abritent sous la canopée, ou encore des tigres ou timides rhinocéros de Sumatra. cool

    http://www.archipel360.com/page/469/sumatra

     

     

    Voyage sur mesure en Indonésie


    votre commentaire
  •  

    Parc national de la Lopé - Gabon

     

        Le Parc National de la Lopé abrite les plus hautes densités de mammifères connues d’une forêt pluviale, notamment le record de trois éléphants par kilomètre carré dans les forêts à marantacées du nord. Ces forêts sont entourées par des savanes anciennes âgées de plus de 40 000 ans.
     
     
    Parc national de la Lopé - Gabon

     

     

      Parc national de la Lopé - Gabon

     

     

      

     

       La Lopé est mondialement renommée pour les spectaculaires mandrills. On a compté plus d’un millier d’individus dans un seul groupe (1 350 mandrills recensés en 1996) : c’est le plus grand rassemblement connu de primates (à l’exception de l’espèce humaine).

         Ces dernières années, la plus riche information scientifique sur ces singes est venu de la Lopé. Il en est de même pour la recherche sur les gorilles et sur les éléphants de la forêt. Les potamochères se rassemblent également en grands troupeaux dans le Parc.

     

    Parc national de la Lopé - Gabon

     
    Parc national de la Lopé - Gabon
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
        Grand massif forestier le plus accessible en Afrique équatoriale et centre de recherche scientifique reconnu, le parc national de la Lopé mérite le titre de fondateur du « tourisme technologique » en Afrique.
     
           L'idée consiste à créer un modèle d'écotourisme inédit utilisant les nouvelles technologies pour voir de près une faune habituellement approchée seulement des scientifiques. A la Lopé, la technologie serait disponible pour des milliers de visiteurs, intégrée à des méthodes d'interprétation innovantes afin de rendre accessibles les sciences de la nature. Des investissements permettront d'améliorer les infrastructures telles que la gare et l'entrée du parc pour la satisfaction des visiteurs.
     

    Parc national de la Lopé - Gabon

     
          De plus, la vallée de l'Ogooué est un riche sanctuaire préhistorique. La Lopé est l'un des sites archéologiques les plus anciens en Afrique, avec des pointes de flèche de l'Age de la Pierre, des gravures rupestres de l'Age du Fer et d'autres signes d'occupation humaine vieux de 400 000 ans. De nombreux restes de villages préhistoriques, objets de recherches scientifiques, sont encore visibles sur les sommets de collines en savane et sont l'occasion pour les visiteurs de faire un voyage dans le temps.
     
     
    Parc national de la Lopé - Gabon

          La Lopé est un site idéal pour la recherche en forêt. La Station d'Etude des Gorilles et des Chimpanzés (SEGC) et un centre de formation en pleine expansion ont fait connaître ce site dans le monde scientifique. Depuis fin 2007, le Parc de la Lopé est classé sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

     

    Parc national de la Lopé - Gabon


    votre commentaire
  •  
     

    Le parc national de l'Ivindo - Gabon

     
     
    Le Parc National d’Ivindo a une superficie de  3000 km² et est situé à cheval entre les provinces de l’Ogooué-Ivindo et de l’Ogooué-Lolo. Quasi inhabité, la nature y demeure sauvage et intacte. Il est notamment traversé par le fleuve Ivindo (110km) et par la Djidji (120km). Au milieu de la forêt, la clairière marécageuse (bai) de Langoué abrite la plus grande concentration d’éléphants et de gorilles du Gabon.
     
     
     
     
           
    Le parc national de l'Ivindo - Gabon    Le parc national de l'Ivindo - Gabon

     

     
     
     
     La majeure partie du parc est composée de forêts très anciennes et non perturbées par l’homme. Il s’y trouve d’impressionnantes chutes d’eau, notamment le long de l’Ivindo et de la Djidji, qui sont jalonnés par une succession de rapides et de cascades. Les chutes de Kongou et de Mingouli font ainsi partie des plus grandes et des plus belles chutes d’Afrique centrale.
     
     

     

    Le parc national de l'Ivindo - Gabon

      Le parc national de l'Ivindo - Gabon

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Parc d’Ivindo abrite une biodiversité exceptionnellement riche. On y trouve de très nombreuses espèces d’insectes, et plus de 350 espèces d’oiseaux. Des gorilles, des chimpanzés, des buffles et des antilopes sont présents dans le Parc, ainsi que l’une des dernières populations intactes d’éléphants de forêt. Le bongo et le céphalophe bleu y vivent également.

     

    Le parc national de l'Ivindo - GabonLe parc national de l'Ivindo - Gabon

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un vrai paradis sur terre !!! yes

     


    votre commentaire
  • SOUVENIRS D'EDEN. Ma vie avec les orangs-outangs de Bornéo.

     

    A la fin des années soixante, une jeune étudiante en anthropologie ronge son frein sur les bancs d'une université californienne. Elle s'appelle Biruté Galdikas, et nourrit depuis longtemps un projet que tout le monde s'accorde à trouver irréalisable : l'étude dans leur habitat naturel des orangs-outangs, une espèce réputée inobservable.

    On peut le trouver ici : http://www.decitre.fr/livres/souvenirs-d-eden-9782714434890.html

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Sumatra

     

     

    Sumatra est une île indonésienne située sur l'équateur. Son nom vient de Samudra, un royaume musulman du XIIIe siècle dans le nord de l'île (en langue malaise, samudera signifie « océan »). Avec ses 473 481 km2, elle est la sixième plus grande île au monde, et compte 50 365 538 habitants.

    La majorité des habitants sont musulmans, mais Sumatra compte aussi des protestants, catholiques, bouddhistes, hindouistes.

    Traversée par l'Equateur, elle bénéficie d'un climat chaud et humide tout au long de l'année avec toutefois une relative saison sèche entre mai et octobre. Sumatra est traversée dans sa longueur par une chaîne de montagnes volcaniques dont le point culminant est le Mont Kerinci avec 3805 mètres.  L'île de Sumatra appartient à l'Indonésie. Elle se situe en Asie du Sud-Est, au sud de l'ancienne Indochine.

     

    Sumatra

    (Le Mont Kerinci)

     

    Sumatra                                                    Sumatra

     

    Il existe une très grande variété de plantes à Sumatra, dont le pin de Sumatra, Rafflesia arnoldii (la fleur la plus grande du monde),

     

    Sumatra                                               (Rafflesia Arnoldii)

                                                            

     

    l'arum titan (la plus haute et la plus grande fleur inflorescente du monde), ainsi que des plantes carnivores et plus particulièrement des nepenthes.

     

    L'île abrite 201 espèces de mammifères et 580 espèces d'oiseaux. Notamment, le tigre de Sumatra (le plus petit de tous les tigres) le territoire du tigre de Sumatra est extrêmement réduit à cause de la déforestation pour l’agriculture, les plantations et la colonisation tout comme l'orang outan, le Gibbon, le rhinocéros de Sumatra, le tapir de Malaisie.

     

    Sumatra  Sumatra

     

    Les risques majeurs pour les forêts de Sumatra sont leur exploitation pour l'industrie du papier et le développement des plantations de palmiers à huile (voir ci-dessous).

     

    Sumatra  Sumatra

                     (déforestation)                                (Plantation palmiers à huile)

     

    L'île abrite plus de 10 parcs nationaux, dont le le parc national de Gunung Leuser, la parc national de Kerinci Seblat et le parc national de Bukit Barisan Selatan.

     


    votre commentaire
  •  

    L'Ouganda

     

     L'Ouganda

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'Ouganda est un pays d'Afrique de l'Est frontalier du Soudan, du Kenya, de la Tanzanie, du Rwanda et de la République démocratique du Congo. Baptisé perle d'Afrique par Winston Churchill, on y trouve la faune la plus variée d'Afrique, parmi laquelle le gorille de montagnes et le chimpanzé.

    L'OugandaL'Ouganda

           

     

     

     

     

     

    La plupart des points d'intérêt pour le voyageur sont dans le sud-est du pays, dans la célèbre vallée du grand rift, à l'exception de Jinja et des chutes Murchison.

    L'Ouganda

    L'Ouganda

     

     

     

     

     

     

    L'Ouganda possède un climat tempéré par l'altitude, grâce à sa position sur l'équateur. On y trouve deux saisons sèches : de novembre à février et de juin à août, mais le climat est généralement tropical. Cependant, le nord-est du pays, près du Soudan est semi-aride. La température annuelle moyenne est de 20°C.

    L'Ouganda

    L'Ouganda

     

     

     

     

     

     

    l'Ouganda possède dix parcs nationaux, reflets de sa diversité naturelle. On peut ainsi y voir des forêts, des montagnes, des savanes, des lacs ou encore des marécages… Le parc Kipedo Valley est sûrement l'un des plus spectaculaire du pays : près du Soudan et du Kenya, vous pourrez y admirer autruches, antilopes, buffles, lions… Le parc national Mont Elgon mérite le détour pour ces paysages magnifiques et sa population joviale (il est dans l'une des régions les plus riche du pays). Il ne faut pas oublier non plus le parc Queen Elizabeth (le second plus grand du pays), le Mont Rwenzori avec ses sommets brumeux…

    L'Ouganda


    votre commentaire
  •  

     Le Rwanda      Le Rwanda

     

     "Le Rwanda est un pays enclavé au cœur de l’Afrique centrale, dans la région des Grands Lacs. Il est bordé au nord par l’Ouganda, à l’est pas la Tanzanie, au sud par le Burundi et à l’ouest par la République démocratique du Congo (ancien Zaïre). Sa capitale est Kigali, la plus grande ville du pays. 


    Bien que le Rwanda soit un petit pays, on peut y distinguer plusieurs régions physiques. L’ouest fait partie du Great Rift, une longue vallée qui s’étend du nord de l’Afrique jusqu’au Mozambique, au sud. Le lac Kivu, à la frontière occidentale, se trouve dans la Great Rift Valley. Au nord-ouest, on trouve le massif des Virunga, une chaîne de volcans inactifs; le mont Karisimbi s’élève à 4 532 mètres. La partie centrale du pays est occupée par un haut plateau autrefois boisé, aujourd’hui herbeux. Le sud-est est une région de lacs et de marécages. 

                                                               

    Le Rwanda        

     

    On appelle le Rwanda le pays aux «mille collines» en raison de son relief. La haute altitude procure d’ailleurs des températures très agréables, même si le pays se trouve seulement à un degré sous l’équateur : la température diurne moyenne sur le plateau central se situe entre 19 °C et 22 °C. Les températures et la quantité de précipitations varient selon l’altitude: la température est beaucoup plus fraîche en montagne et il gèle même aux sommets; quant aux précipitations, elles peuvent atteindre 180 cm par année en montagne, contre une moyenne de 80 cm pour les basses terres.

     

     

    Le Rwanda

              

    On distingue quatre saisons au Rwanda: une courte saison sèche en janvier et février, une saison des pluies de mars à mai, une longue saison sèche de juin à septembre et une autre saison des pluies d’octobre à décembre. Le pays connaît parfois des sécheresses. 

     

    Le Rwanda

    La faune compte notamment l’éléphant,  l’hippopotame, le crocodile, le phacochère (sanglier), le léopard, l’antilope et le lémur volant. Le Parc national des Volcans, dans les Virunga, abrite la moitié des gorilles des montagnes du monde.

     

    Le Rwanda

      

     

     

     

     

     

     

     

     

    La guerre civile et les affrontements continuels ont cependant des effets dévastateurs sur la faune et notamment les gorilles des montagnes ; de nombreux rebelles ont établi leurs camps dans les forêts et les réserves fauniques, également squattées par des populations déplacées, des pasteurs, sans oublier les braconniers qui profitent de la situation."                   

    Le Rwanda

                                               

     

                 
      

     

     

     

     

     

       

     


    votre commentaire
  • Le parc national de Tanjung Puting

     

    Le Parc National de Tanjung Puting (PNTP) se situe au Kalimantan, partie Indonésienne de l'île (530 000 km2, soit environ la surface de la France). Le PNTP est l'une des rares zones de protection des orangs-outans à Bornéo. La seule en Asie du Sud-Est à conserver de vastes étendues de forêts tropicales humides, marécages, tourbières et mangroves. 

     

    Le parc national de Tanjung Puting

     

    Afin d'en tenir éloignées les exploitations de mines illégales et le braconnage, l'OFI finance des patrouilles composées de membres du personnel de l'OFI et de garde-forestiers Indonésiens, représentant un effort communautaire dans la lutte pour la protection de l'habitat des orangs-outans.

    Le parc national de Tanjung Puting

     

     

    "Birute Mary Galdikas a consacré sa vie à la défense des orangs-outans. Arrivée pour la première fois à Tanjung Puting en 1971, elle voulait étudier ces grands singes pour mieux comprendre notre ancêtre humain. Tout comme Diane Fossey, la grande spécialiste des gorilles et Jane Goodall, celle des chimpanzés, elle a été formée par le célèbre paléoanthropologue kenyan Louis Leakey. Sa première expédition dura des mois pendant lesquels elle vécut sous une bâche de plastique. Peu à peu, elle met en place un centre de recherche, Camp Leakey, et multiplie les séjours dans la jungle. Grâce à elle, de nombreuses connaissances concernant les orangs-outans ont été mises en lumière, notamment leur cycle de reproduction (entre 7 et 8 ans). En 1986, elle crée la Orangutan Foundation International dont l’une des principales actions a été de mettre en place des patrouilles le long de la rivière Sekonyer pour surveiller le déboisement illégal dans le parc. Devenue citoyenne d’honneur de l’Indonésie, elle a reçu de nombreux prix internationaux".


    2 commentaires
  •  

    Le parc national d'Odzala-Kokoua

     

    Le Parc National d’Odzala-Kokoua a été créé par décret présidentiel du 10 mai 2001. Il couvre une superficie de 1.354.600 hectares et est situé à cheval sur les Départements de la Cuvette-Ouest et de la Sangha. 

     

    Le parc national d'Odzala-Kokoua

     

    Le Parc dispose d’une équipe de gestion placée sous le contrôle d’un Directeur National,  d’un Conservateur et trois conservateurs adjoints.  Il y a 93 agents dont 59 écogardes sont en activité sur le site. La Direction du Parc bénéficie d’une assistance technique et financière de plusieurs partenaires notamment l’Union Européenne à travers le programme ECOFAC (écosystèmes forestiers en Afrique centrale), WCS et WWF. 

    A Odzala-Kokoua on compte près de 13000 éléphants de forêt, 444 espèces d’oiseaux sur les 626 identifiées au Congo, près de 11 gorilles au kilomètre carré. Sa diversité inclue à la fois des espèces purement forestières : céphalophes, bongos, gorilles, chimpanzés, cercopithèques ; des espèces vivant à la fois en savane et forêt tels les éléphants, les buffles de forêt et des espèces savanicoles. Ce parc est considéré comme le dernier bastion des lions en Afrique centrale. On y rencontre aussi des sangliers d’Afrique ainsi que des hyènes tachetées.   

     

    Le parc national d'Odzala-Kokoua

     

    La présence des grandes formations végétales à marantacées exprime la disparition des vieux arbres suite au vieillissement de la forêt (climax). Il s’agit là d’un processus écologique et biologique naturel qui n’est observé que dans la seule zone du Parc d’Odzala. Ces étendues de marantacées deviennent ainsi des habitats de prédilection des grands mammifères menacés d’extinction tels que les gorilles (Gorilla gorilla) et les éléphants (Loxodonta africana).

    Un autre processus écologique remarquable observé dans ce Parc est la colonisation progressive de certaines zones de savanes par la forêt, ce qui serait dû à un manque d’aménagement des pâturages, en vue de permettre leur renouvellement. 

     

     

    Le parc national d'Odzala-Kokoua

     

     

    Le Parc National d’Odzala contient une mosaïque forêt – savane dans laquelle on retrouve plusieurs clairières et des salines naturelles. Tous ces habitats sont à l’état naturel et n’ont jamais subi de modifications dues aux actions anthropiques

     

    Les grandes salines naturelles constituent d’importants points de concentration et d’alimentation pour la faune sauvage. Les forêts denses à sous-bois de marantacées sont des habitats de prédilection des gorilles de plaine et des éléphants,  deux espèces menacées d’extinction.

     

                        Le parc national d'Odzala-Kokoua

     

    Appuyé par des partenaires, le Congo s’emploie dans la lutte contre le braconnage, afin de préserver cette richesse abondante. Des unités des gardes forestiers ont été montées. Et les populations riveraines des réserves forestières bénéficient des projets centrés, portant souvent sur l’élevage des ruminants. Le parc d’Odzala comprend un quartier général, des postes de surveillance et une piste d’atterrissage. Des voies navigables ont été aménagées et des ponts construits sur ses rivières.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •     Le Parc National de Conkouati Douli a été créé le 14 août 1999. Il couvre une superficie de 504.950ha. Il est situé dans le Département du Kouilou, à cheval sur les districts de Nzambi et de Madingo-Kayes.

     

    Le parc national de Conkouati-Douli

     

        Le Parc dispose d’une équipe de gestion placée sous la direction de deux conservateurs,  assistés d’un chef de patrouille.  Quarante agents dont 22 écogardes sont en activité sur le site. La Direction du Parc bénéficie d’une assistance technique et financière de WCS. Le site fait partie du landscape Gamba-Conkouati-Mayumba.

     

     

    Le parc national de Conkouati-Douli

     

     

     

     

     

       

     

     

       

     

         

     

     

         La forêt du Parc est caractérisée sur le littoral, par une frange de végétation halophile avec un front de plage des groupements herbacés plus ou moins rampants, suivis des fourrés littéraux bas.  Les forêts denses se présentent sous forme de galeries, d’îlots forestiers et de vastes étendues vers le nord. Le parc comprend également des forêts marécageuses et inondables. La mangrove est développée autour des lagunes de Conkouati et des autres petites lagunes et sur le cours inférieur de la rivière Noumbi.

                                                                                                  

    Le parc national de Conkouati-Douli

     

       

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       

    Le Parc National de Conkouati Douli abrite la faune représentative des écosystèmes forestiers du Congo, la grande faune comprend entre autres : les éléphants , buffles , gorilles , panthères, chimpanzés, potamochères, sitatunga, Guib harnaché, et mandrills . La présence du lamantin, la baleine à bosse, le Dauphin et les tortues sont une particularité pour ce Parc semi marin.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Situé dans le sud-ouest de l'Ouganda, à la jonction des forêts de plaine et de montagne, le parc de Bwindi s'étend sur plus de 32 000 ha et présente une très riche biodiversité avec plus de 160 espèces d'arbres et plus de 100 espèces de fougères. Il abrite également de nombreuses espèces d'oiseaux et de papillons, ainsi que plusieurs espèces menacées, dont le gorille de montagne.

     

     

    Le parc national de la forêt impénétrable de Bwindi, qui s’étend sur 32 092 ha, est l’un des plus vastes sites d’Afrique de l’Est ayant encore une forêt de plaine afro-montagnarde qui pénètre jusqu’à l’intérieur de la ceinture de forêt montagnarde.

    Situé sur la frange orientale de la vallée du rift albertin et considéré comme un refuge du Pléistocène, le bien est un centre de biodiversité où se développe sans doute le plus grand nombre d’espèces d’arbres à une telle altitude en Afrique de l’Est. Il abrite aussi une faune d’une grande richesse parmi laquelle figure un certain nombre de papillons endémiques et un des plus riches assemblages de mammifères en Afrique.

     

               

    Hébergeant près de la moitié de la population mondiale de gorilles de montagne, le bien représente une ligne de front de la conservation en tant que forêt isolée d’une exceptionnelle richesse biologique entourée d’un paysage agricole qui alimente une des plus fortes densités de population rurale d’Afrique tropicale. Les bénéfices obtenus au plan local grâce au gorille de montagne et autres formes d’écotourisme sont éventuellement le seul espoir de conservation future de ce site unique. 

     

    La forêt impénétrable de Bwindi   La forêt impénétrable de Bwindi

     

     

     

                    


    votre commentaire
  •  

    Depuis plus de 35 ans, le Dr Biruté M. F. Galdikas étudie les orangs-outans de Bornéo en Indonésie, dans leur habitat naturel.

     

    Elle est aujourd'hui mondialement reconnue pour ses travaux et ses connaissances sur l'orang-outan.

     

    Biruté M. F. Galdikas est née à la fin de la seconde guerre mondiale, alors que ses parents étaient en route vers le Canada, quittant leur pays, la Lithuanie.
    Lorsque sa famille migra vers les Etats-Unis en 1964, elle débuta ses études en sciences naturelles à l'université de Californie à Los Angeles (UCLA).
    Elle obtint sa licence de psychologie et de zoologie en 1966 et sa maîtrise en anthropologie en 1969. C'est ainsi que, diplomée, elle rencontra pour la première fois l'anthropologue Kenyan, le Dr Louis Leakey et lui fit part de son désir d'étudier les orangs-outans dans leur milieu naturel.
    Bien que Louis Leakey ne sembla pas intéressé en premier lieu par sa proposition, Biruté Galdikas fit tout pour le persuader de sa passion.
    Cela prit trois années au Dr Louis Leakey pour rassembler les fonds nécessaires aux études de Biruté M. F. Galdikas à Bornéo, ainsi qu'il l'avait déjà fait pour Jane Goodall et Dian Fossey pour leurs études, respectivement sur les chimpanzés et les gorilles de montagne en Afrique.

     

    Biruté Galdikas enseigne et participe activement à la diffusion des informations qu'elle a collectées sur les orangs-outans et leur habitat, la forêt tropicale humide, auprès des Indonésiens et à l'étranger. Mais sa passion l'a menée également à se battre pour la préservation de leur habitat naturel en perpétuelle diminution, ainsi que pour la reconnaissance des populations locales, de leur culture et de leur environnement.
    Afin de subvenir aux besoins de son travail à Camp Leakey, et d'aider à soutenir les orangs-outans partout dans le monde, le Dr Biruté M. F. Galdikas et le Dr Gary Shapiro ont créé l'Orangutan Foundation International (OFI) en 1986.

    groupes internationaux en Australie, Indonésie, Royaume-Uni et désormais en France.


    votre commentaire
  •  

    Blog très intéressant : cliquez ici !  

     

    Vivre sans huile de palme !!

     

     


    votre commentaire
  • Geneviève HAMELIN présente :

     

    Sur les pas des grands singes

     

    Découvrez dans ce livre les portraits de quatre hominoïdes menacés par l’activité humaine : les bonobos, les gorilles, les chimpanzés et les orangs-outans.

     

    Un magnifique ouvrage, illustré par des photographies d’Eric Baccega, qui met en lumière les femmes emblématiques qui ont étudié les comportement et ont œuvré pour la protection, ainsi que les associations de sauvegarde sur le terrain.

     

    http://www.amazon.fr/Sur-grands-singes-Genevi%C3%A8ve-Hamelin/dp/2360351257/ref=sr_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1351513598&sr=1-3


    votre commentaire
  • Auparavant, la forêt pouvait subvenir aux besoins alimentaires des tribus locales qui chassaient les animaux pour survivre . Maintenant, elle est dévastée par les forestiers et les espèces animales, décimées par les braconniers, sont vendues comme viande de brousse sur les marchés locaux. Actuellement, on estime que le commerce de cette viande constitue la plus grande menace pour la survie des gorilles d'Afrique et des chimpanzés. Au Cameroun, on évalue à 800 le nombre de gorilles tués par an mais on chasse aussi les antilopes. les varans, les rats des bois, les éléphants de forêt, les pangolins et les chimpanzés.             

     

    Braconnage !!

     

     

     

    Sachant que dans un hectare de forêt on trouve plus de dix mille espèces animales et végétales liées pour le bon fonctionnement de l'écosystème, il est difficile d'imaginer les répercussions réelles (et à long terme) du déboisement. On légalise ainsi le danger le plus actuel.

     

     

     

    L'ouverture des pistes destinées à extraire le bois perturbent les milieux, et permet aux braconniers de pénétrer les sites vierges. Ils passent plusieurs semaines en brousse et remplissent des camions entiers d'animaux abattus à l'arme automatique. La viande est boucanée et alimentera les marchés et les restaurants qui font le bonheur, entre autres, des Blancs expatriés dans les grandes villes ! Les trophées sont vendus aux touristes ou aux trafiquants, ces derniers acceptant évidemment les survivants pour les établissements demandeurs (zoos, bars, hôtels...). 

     

    Braconnage !!

     

     

    Certains pourraient imaginer que la viande de singe ne se trouve que dans les pays africains et n'est réservée qu'aux populations locales... Il n'en est rien ! Bien que l'Europe ait interdit le commerce des primates, certains restaurants, notamment en Belgique mais aussi en France et au Canada proposent, sur commande spéciale, de la viande de singe au menu? Cette pratique n'est certes pas à la portée de toutes les bourses mais semble largement répandue.

     

    Pour couronner le tout, les trafiquants récupèrent les bébés singes après avoir tué leur famille pour leur viande. Ces pauvres orphelins se retrouvent attachés au bout d'une très courte ficelle et/ou chaîne et sont exposés au bord des routes à la poussière des camions et au bruit. Ils seront vendus pour quelques dollars, comme animal de compagnies, le plus souvent à des touristes de passage. Malheureusement, séparé de leur mère, leur chance de survie est très faible car ils sont extrêmement fragiles; 

     

    Braconnage !!

     

     

     

    Traumatisés par ce nouvel environnement agressif, isolés de leur congénères, sans nourriture adéquate ils se laissent mourir en quelques jours ...Quelques-uns cependant auront de la chance de s'en sortir et d'être récupérés dans des centres de réhabilitation. Au Cameroun, le zoo de Yaoundé accueille ainsi les bébés gorilles confisqués par les autorités. Au Congo, Jane Goodall accueille aussi de nombreux rescapés dans son orphelinat de Chimpunga à Pointe Noire où elle essaye de leur réapprendre à vivre dans la nature. Biruté Galdikas fait de même dans la forêt vierge de Bornéro pour la protection des orangs-outangs très en danger en raison de la spectaculaire déforestation*.

     

     Braconnage !!

     

    *voir articles.

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Dans certains pays tels que l'Indonésie, le Mexique, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Congo ou le Brésil, les forêts tropicales naturelles se réduisent d'année en année. Le rythme annuel de déforestation en forêt tropicale est depuis 1990 de 1'ordre de 10 à 15 millions d'hectares. Le développement durable prôné au Sommet de la Terre à Rio (1992) vise notamment à diminuer ce phénomène.

            Déforestation !!

     

    Les causes de la déforestation   

    L'expansion agricole est la principale cause de déboisement dans le monde : les plantations de palmiers à huile, le développement des cultures pour l'élevage industriel, l'exploitation minière de métaux et de minéraux précieux constituent des causes majeures de déboisement.
    Beaucoup de petits agriculteurs pauvres et itinérants, participent aussi à la déforestation : ils défrichent et brûlent la forêt pour ensemencer de petites parcelles de terres.

    Ainsi, au Brésil, les forêts primaires sont détruites pour cultiver le soja qui alimente notre bétail et la canne à sucre pour produire du bioéthanol, tandis qu'en Indonésie, elles sont rasées pour l'huile de palme qui inonde déjà les produits de nos supermarchés et pourrait bientôt alimenter nos voitures.

    Enfin, l'extraction du pétrole et du gaz y joue aussi un rôle puisque de vastes étendues de forêt sont régulièrement endommagées par les forages et la pose de pipelines, sans parler des fuites régulières de pétrole ou l'exploitation des sables bitumineux...

    L'exploitation illégale du bois joue également un rôle important dans la déforestation. Et l'Europe a une forte responsabilité dans cette dégradation puisque près d'un quart de ses importations de bois sont présumées d'origine illégale. La France quant à elle importerait 39 % de bois tropicaux d'origine illégale selon le WWF.

     

    Déforestation !!

     (Plantations d'huile de palme)

     

    Les effets de la déforestation       

    L'impact de la déforestation le plus immédiat se passe au niveau local avec la perte des services écologiques offerts par les forêts tropicales humides et les écosystèmes s'y rattachant. De tels habitats offrent d'importants services aux humains tels que la prévention de l'érosion, le contrôle des inondations, le traitement de l'eau, la protection des pêcheries, et la pollinisation. Des fonctions qui sont particulièrement importantes pour les gens les plus pauvres au monde, qui se reposent sur les ressources naturelles pour leur survie quotidienne. La perte de forêt réduit également la disponibilité des ressources renouvellables telles que le bois, les plantes médicinales, les noixs et fruits, et le gibier. 

    A long terme, la déforestation des Forêts tropicales humides peut avoir un impact plus étendu, ayant un effet sur le climat et les biodiversités globaux. Ces changements sont plus difficiles à observer et anticiper que les effets locaux, car ils se déroulent sur une période plus longue et peuvent être difficile à mesurer.

     

    Déforestation !!

     (Orangs-outan chassés de leur habitat)

     

    S'il est nécessaire d'être vigilant, force est de reconnaître que les mesures de gestion durable des forêts, de plus en plus prises en Afrique et en Amérique du sud, devraient être en mesure d'enrayer ce phénomène. 

     

    Déforestation !!

     

    Explications en vidéo 

     

     


     Déforestation !!
    Déforestation !!



      

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique